Fabricant depuis 1875, la société familiale Marlux est incontournable dans la fabrication des moulins à poivre, sel et épices.

Histoire

Tout au long de son histoire industrielle, MARLUX a continuellement su anticiper les tendances en apportant de véritables innovations dans le secteur des épices et des arts de la table, avec, comme exemple, son moulin à muscade inventé en 1972. Dès la fin de la seconde guerre mondiale, Marlux cherche à se développer vers l’export. Marlux est une entreprise labellisée EPV, Entreprise du patrimoine vivant, qui est une marque de reconnaissance de l’Etat mise en place pour distinguer des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence.

Véritable référence, les moulins MARLUX s’inscrivent sur les plus grandes tables des chefs étoilés comme dans de très nombreux foyers, grâce à la garantie d’un mécanisme monté main : un gage de qualité à la longévité inégalée et de fiabilité. Tous les mécanismes Marlux en acier taillé, traité et durci  pour les moulins à Poivre ou à sel blanc en Acier inoxydable  sont garantis à vie. Tout moulin montrant un défaut de mécanisme est réparé sans frais, si peu qu’il n’est pas été exposé à une source de chaleur, dans le respect des consignes d’utilisation.

La stratégie de Marlux est de proposer des produits durables tout en continuant le développement de nouveaux moulins pour continuer d’exhaler tous les subtils parfums des épices et d’apporter du plaisir aux gourmands et gourmets.

Au cœur de la marque, la qualité des produits.

Le corps des moulins est en bois de hêtre qui est certifié PEFC (Pan European Forest Certification) qui garantit que les produits Marlux sont issus de sources responsables et, qu’à travers votre achat, vous participez à la gestion durable des forêts. Ces corps de moulins sont séchés puis tournés en France avant d’être soit vernis  soit laqués ou teinté et verni. Un modèle possède un mécanisme en buis spécifique au gros sel gris.

Les broyeurs poivre sont en acier traité et durci de haute qualité et combinent deux sortes de dents pour guider les grains de poivre et les bloquer lors du broyage. Ces dents sont taillées individuellement puis durcies pour obtenir un tranchant exceptionnel.

Les moulins Marlux permettent de choisir la finesse de la mouture. Cette finesse est une question de goût personnel et c’est en serrant le bouton au-dessus des moulins qu’on peut la régler. Pour obtenir la meilleure mouture il convient de toujours tourner le couvercle dans le même sens, celui des aiguilles d’une montre par exemple. Plus le bouton est serré plus la mouture est fine et le poivre libère son côté piquant. Plus la mouture grosse plus les saveurs sont libérées. En effet, la pipérine contenue dans le poivre est un composé actif du poivre et contribue en partie à la sensation de pseudo-chaleur libérée par cette épice.

Les moulins à sel sont fabriqués en acier inoxydable 18/10-14301 et sont spécialement traités pour avoir une meilleure protection contre la corrosion due au sel. Ces moulins fonctionnent avec du sel sec et comme pour les moulins à Poivre la finesse de la mouture est réglable.

Les moulins céramiques permettent l’utilisation de nombreuses épices, d’aromates, d’herbes. Tous les poivres, les sels blancs, les sels gris de Guérande, de Noirmoutiers, le sel noir d’Hawai, rose de l’Himalaya, les sels de Madon et les sels fumés de Madon, les herbes de Provence, les graines de Cumin, pavot, sésame, certains champignons séchés peuvent être moulus par ce mécanisme. Le préréglage de mouture permet d’obtenir la grosseur de grains désirée.

 

Il était une fois… les épices.

Les épices ont joué un rôle prépondérant dans l’histoire humaine. Elles ont longtemps été considérées comme un des biens les plus précieux dans le commerce. On trouve les premières traces d’épices 4000 ans avant notre ère sur la côte de Malabar au sud-est de l’Inde. Depuis, les hommes n’ont eu de cesse que d’alterner diplomatie, violence et découverte pour parvenir à mettre la main sur ces fameuses épices, venues de pays lointains et exotiques, rares et chères et ô combien mystérieuses. Ces épices auxquelles on a prêté des vertus médicinales, sont donc à l’origine de la première mondialisation.

Hérodote vers 500 ans avant notre ère décrit les convois partant pendant trois ans pour un dangereux périple jusqu’en Chine avec parfois plus d’un millier de bêtes de bât.  La dangerosité, l’insécurité et les nombreuses difficultés rencontrées justifie dans l’Antiquité le prix exorbitants de ces épices. C’est aussi l’envie d’avoir accès à ces denrées rares et chères qui motiva Alexandre le Grand à atteindre l’Hindus en 326 avant Jésus-Christ.

En 1453, la route des Indes, donc des épices, est fermée par les Ottomans. C’est avec le quasi-monopole de Venise sur le commerce des épices, la raison qui poussera à la découverte de nouvelles routes maritimes, d’autres continents et d’autres civilisations. Christophe Colomb, Vasco de Gama ou Magellan recherchaient avant tout l’Inde et ces épices.

A partir de cette époque, c’est le début des différentes colonies établies par les pays européens pour avoir accès et pouvoir négocier les épices : les Anglais s’implantent en Inde, les Hollandais en Indonésie, la France à Madagascar, à la Réunion et à l’Ile Maurice, les Portugais à Java, Sumatra, en Afrique et au Brésil et les Espagnols en Amérique du Sud et aux Philippines.

Aujourd’hui la mondialisation des échanges a fait évoluer les goûts en combinant épices, aromates et saveurs.  Les épices, c’est aussi 6000 ans d’histoire de l’humanité et de chasses qui ont fait rêver les hommes et ravir leurs papilles.

Les moulins Marlux sont là pour exhaler tous les subtils parfums des épices et nous faire découvrir ces plaisirs.


 

Site internet      Facebook

Free WordPress Themes, Free Android Games